PCF Paris 15 - Front de Gauche

PCF Paris 15 - Front de Gauche
Accueil
 
 
 
 

À La Poste, reprise des réorganisations

Article tiré de l'édition papier de L'Humanité du 23/01/2013

http://www.humanite.fr/social-eco/la-poste-reprise-des-reorganisations-513547

 

Après un répit à la suite des suicides du printemps dernier, l’entreprise publique relance sa restructuration. Hier, les postiers du centre financier de Paris se mobilisaient contre la fermeture d’un service.

La «pause» dans les réorganisations, annoncée par le président de La Poste, Jean-Paul Bailly, en mars dernier à la suite d’une série de suicides parmi le personnel, est bel est bien terminée. « On a eu le grand dialogue et l’accord sur la qualité de vie au travail, mais maintenant, ça repart comme avant », déplore Alain Amblard, délégué CGT au centre financier de Paris, situé dans le 15e arrondissement.

Hier sur la pause de midi, les syndicats CGT, SUD et FO de ce site parisien où travaillent 1 300 postiers organisaient un rassemblement et une conférence de presse pour exprimer leur colère et leur inquiétude face à une nouvelle réorganisation. Alors que les effectifs ont fondu de 400 postes depuis 2008, la direction vient d’annoncer, fin novembre, la fermeture du service « valeurs mobilières », employant 80 personnes, pour un transfert essentiellement vers Limoges. « On assure à ces postiers qu’ils vont conserver un emploi ici, mais sur quel métier ? On va passer leurs compétences à la trappe après vingt ans de boulot, ils ont l’impression de n’être rien ou pas grand-chose », explique Sylvie Feola, de la fédération FAPT-CGT. « La question que tout le monde se pose, c’est à qui le tour la prochaine fois ? raconte Alain Amblard. Derrière, c’est la pérennité du centre qui est en jeu. La moyenne d’âge est de cinquante et un ans, dans dix ans La Poste peut fermer le site. »

La menace est sérieuse puisque, sans l’avoir jamais officialisé, La Poste a laissé filtrer son projet de passer de 19 centres financiers régionaux actuellement, à 9 centres nationaux, chacun spécialisé sur une activité de La Banque postale. Aux transferts d’activités pour les centraliser, s’ajoute une politique d’externalisation vers des filiales privées, comme Extelia. « Il y a deux ou trois ans, la direction affirmait que le centre deviendrait un grand centre de production, mais on constate aujourd’hui qu’au contraire elle ferme des services et externalise, dénonce Régis Blanchot, de SUD PTT. La Poste continue ses réorganisations et ses restructurations permanentes pour améliorer son coefficient d’exploitation (l’indicateur de rentabilité du secteur bancaire – NDLR) en faisant baisser la masse salariale et l’emploi. »

La mobilisation était aussi l’occasion de dénoncer l’attitude de la direction dans l’affaire du suicide qui a marqué le centre à l’automne 2011. Hier devait se tenir une nouvelle audience, finalement reportée, au tribunal de grande instance de Paris, sur la question d’une expertise sur les risques psychosociaux.

Après la défenestration de la postière, le 15 septembre 2011, le CHSCT avait voté une expertise confiée au cabinet Isast, qui avait pointé le lien entre suicide, organisation de travail et restructurations, et avait préconisé une étude sur l’ensemble du personnel. Démarche que la direction a contestée devant les tribunaux, deux fois de suite. « La Poste prône le grand dialogue mais envoie ses avocats, c’est que l’expertise lui fait peur », souligne Régis ­Blanchot. Dans son rapport sur le suicide, l’inspection du travail avait relevé en novembre 2011 des « manquements constituant une faute caractérisée » de La Poste, pour n’avoir pas pris en compte dans son évaluation des risques ceux découlant de « l’organisation du travail et des réorganisations, malgré l’analyse du médecin du travail ».

l’Accord-cadre a été rejeté  La négociation ouverte par La Poste suite à la remise du rapport Kaspar en septembre dernier sur la situation sociale de l’entreprise, a abouti à un texte qui était soumis à signature jusqu’à lundi. La CFDT a annoncé qu’elle le signerait, la CGT et SUD le rejettent pour insuffisance. Le texte prévoit des mesures immédiates mais surtout un calendrier de huit négociations thématiques 
qui doivent être ouvertes 
au premier semestre 2013.

Fanny Doumayrou

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.